Overblog
Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Presentation

  • : carnet-rickshaw
  • carnet-rickshaw
  • : Blog consacré aux Rickshaw Wallahs et relayant un voyage Dhaka-Delhi à vélo-rickshaw (oct 2008-mars 2009)
  • Contact
/ / /
KATMANDOU - POKHARA A RICKSHAW
Un jeune couple a acheté un rickshaw au Népal comme moyen de locomotion.
Une aventure originale et insolite.


Le petit NEELAM
 
Dans toute la vallée, la même réponse qui résonne. "No possible! " BHUBAN notre ami népalais est inquiet. Il ne partage pas notre idée. "Pourquoi? " Toutes les forces vives sont mises en action pour le trouver, toutes nos connaissances et même les inconnus. NARESH, un autre ami, et son oncle nous fournissent des infos, des contacts. Ils parlementent, négocient, nous rappellent. "You want this one? " Il est déjà vieux et en piteux état mais pour le prix ça ira. Les premiers contacts avec le petit sont maladroits mais il réagit correctement. Il faudra certainement du temps pour lier une forte complicité entre nous. BEN qui voyage a vélo depuis la FRANCE a travers nombreux pays fait partie de la transaction. "Quelle bande de farfelus! "
NEELAM, c'est son nom, rentre avec nous à BODNATH.
 undefined
 "NEELAM? " NEELAM voyagera dorénavant avec nous. Ou plutôt nous voyagerons avec lui. Sur lui! C'est un thela. Un tricycle quoi! Un rickshaw sans sièges juste avec une plate-forme à l'arrière pour charger les sacs et AUDREY pendant que je pédalerai sur le plat et tenterai de freiner dans les descentes. Dans les cotes, AUDREY descendra et poussera !!! C'est pas beau la vie?
C'est en tout cas la théorie jusqu'a POKHARA à quelques centaines de km de BODNATH...
 undefined
Nous sommes bien rentrés avec notre nouvelle monture. Une surprenante trop facile prise en main. 1h30 pour faire 17 km avec un gros trafic sur le périph'. Si tout s'était bien déroulé on passerait directement à "La route vers POKHARA " mais il y a eu un "mais ".
 
MAIS !!!
 
Je me sens tellement bien. La route descend après l'aéroport vers PASHUPATINATH. Les minibus se traînent. On dépasse. On se rabat avant le pont qui traverse la rivière BAGHMATI, fiers de notre allure. MAIS la DDE n'étant pas très active, la route bombée entraîne toute la rickshaw family avec elle. Dame Bonne Etoile a place un chemin de terre en forte pente sur la gauche et voila deux visages pales en route vers on ne sait ou soulevant les jupes des filles, dévissant les têtes des passants et retournant le cerveau de ceux qui essaient de comprendre le pourquoi du comment de cette vision absurde. Bref, notre petit NEELAM a manque son premier bain dans la BAGHMATI. Un arbre arrête l'engin devenu quasi incontrôlable après en avoir évite un de très près ainsi qu'un poteau électrique. GROOOOOOSSE frayeur sur le coup et grandes résolutions pour la conduite à venir... Mais surtout un ENOOOOORME fou rire le soir en repensant la scène. Je me rappellerai toujours les paroles d'AUDREY: "Mais qu'est-ce tu fous? Tu vas ou? Arretes!!! " 
 undefined
 "Neelam " est prêt! Avec ses drapeaux à prière autour de sa plate-forme, il sera visible des camions et surtout des bus qui finissent si souvent, parait-il, au bord de la rivière TRISULI la tête a l'envers.
 
C'est le temps des au revoir ; BHUBAN s'essaie au thela sans succes. Il est cependant meilleur joueur d'échec que cycliste et surtout bon marchand! Nul doute que l'on se reverra bientôt... Les écharpes blanches autour du coup nous assurent de la protection divine. Il n'arrivera rien!!!
Ben voyons!
 undefined
 
 
La route vers POKHARA
Avant d'attaquer le périh' nord, on ne peut quitter BODNATH sans un dernier tour de stupa. BHUBAN est a peine hors de vue que le thela s'emballe doucettement mais sûrement en porte-feuille. Stoppes par une rigole au milieu des pèlerins qui s'en tamponnent: "C'est pour lui faire un dernier salut! " Alors "bistare! " comme on dit (doucement). De toute façon on ne peut aller très vite. S'extirper de la vallée signifie circuler au milieu du trafic et atteindre ce col qui s'ouvrira sur LA route vers POKHARA et une bâchasse de kilomètres pries sans trop de dénivelé positif. NEELAM n'est pas fait pour les cotes. NI POUR LES DESCENTES!!! Les roues sont voilées, la chaîne n'accroche pas tout le temps, le frein avant installe la veille a explosé et seul le morceau de pneu accroche avec des fils de fer sur la potence (en vrac) peut assurer l'arrêt de cette épave. La ville puis la grimpette, une horrible descente et enfin les montagnes russes alternant petites montées suivies d'encore plus courtes descentes... Les chauffeurs sont morts de rire et passent plus de temps a zieuter sur NEELAM plutôt que sur la route. Les km s'enfilent pendant quelques jours alternant squat' familial et bords de rivière pour les nuites. Une bonne soupiasse de pate cuisinée façon SEB à l'eau de rivière annoncera le début de la fin... S'en est fini, à 80km du but, sous un soleil de plomb, crevés et la bidoche en vrac, il faut abandonner NEELAM à des inconnus loin de ses origines. "From KATHMANDU? With that??? " Piètres marchands, KRISHNA apporte son aide ainsi que des raisins et hop, dans l'bus! 
 
 
POKHARA
 C'aurait été un suicide de continuer. La route ne longe plus le cours des torrents mais s'échappe au milieu des terres passant son temps a grimper n'offrant plus que de piètres descentes et nombreux faux-plats. Le bus s'arrête. POKHARA. Et bingo; il pleut!

Seb
 
 

Partager cette page

Published by