Overblog
Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Presentation

  • : carnet-rickshaw
  • carnet-rickshaw
  • : Blog consacré aux Rickshaw Wallahs et relayant un voyage Dhaka-Delhi à vélo-rickshaw (oct 2008-mars 2009)
  • Contact
/ / /

 

Lecture de « Bangladesh Rickshaw » sur les ondes ce dimanche 23 mars 2015 sur Radio Grésivaudan : http://www.radio-gresivaudan.org/Parfums-Exotiques.html

(ou sur le web en téléchargeant dès à présent)

 

« (…) Durisnam a vingt ans. Il y a dix ans, un ami de la famille est allé le chercher chez lui, dans son village près de Mymensingh, et l’a ramené ici dans cette company. L’homme leur avait parlé d’un Eden à Dhaka, et d’un job aussi, celui de rickshaw-wallah. Durisman se souvient très bien de ses premiers tours de roue au guidon de son rickshaw. Il avait dix ans, et arrivant de sa campagne, il était fasciné, il est vrai, par la grande ville qu’il découvrait à chaque course et les takas qui tombaient si vite. Tout semblait féerique ces premières heures. Cela a duré un jour, peut-être deux. Et puis voilà, au bout de trois, son corps, ses muscles se sont faits douloureux. L’émerveillement de la ville ne suffisait plus. Ses courbatures, qu’il n’entendait pas pris qu’il était dans l’hypnotisme de Dhaka, elles étaient bel et bien là. Il fallait s’endormir avec. Se réveiller sans, c’était bien. Il avait dix ans. Il avait dix ans, et il dormait déjà là haut sur ce plancher de bois, nous dit-il, en nous montrant le dortoir…(…) »

...

« (…) Je n’ai fait au fond que glisser sur Tes terres. Je n’ai fait que passer. Qu’est-ce que je sais de Toi ? Qu’est-ce que je connais de Toi et de Tes habitants, de Tes Rickshaw-Wallahs ?

Il y a ces questions auxquelles je n’ai pas trouvé réponse. Des clichés, des images, des situations, des instants, des Hommes des Femmes des Enfants, qui resteront à jamais des interrogations.

Il y a ces souvenirs que je Te laisse, que je n’emporterai pas, ces images que je n’ai pas prises, que je n’ai pas pu prendre, que je n’ai pas su prendre.

Il y a ces paysages, ces couleurs, ces lumières, ces odeurs, qui resteront Tiennes, que je n’emmènerai pas. Il m’aurait fallu une toute autre mémoire pour emporter tout ça.

Tu as tant à donner. Et Tu donnes tant. Et ma mémoire est ce qu’elle est. Elle a gravé ce qu’elle pouvait. Elle n’est pas à la hauteur de Ta générosité. Je sais. Je le regrette. Je sais aussi que Tu l’as parfois griffée de ton intimité, de leur infortune aussi, à Eux. 

Et je m’en remettrai alors à mon inconscient quand ma mémoire me fera défaut, et il me rappellera à Toi, dans mes nuits parfois. Lui s’est imprégné de Toi

Et je reviendrai alors, à Toi, à Eux. Pendant des mois, des mois encore, des années.

Je reviendrai, seul. Personne n’en saura rien. Nous garderons cela pour nous. Rien que pour nous deux.

Et si j’osais…

Je T’aim’… Bangladesh…

Jean-Louis

(…) »

Extrait « Bangladesh Rickshaw »

...

Donner une « entité » au Bangladesh qui a tant à donner...

... et m'a tant apporté...

...

Après les réalisations audiovisuelles...

Bangl Ricksh

       Bangladesh Rickshaw

                            Préface : Claude Marthaler

                                         (http://www.yaksite.org)

                              Editions Les 2 Encres

 

Une immersion dans les quartiers populaires de Dhaka et dans l’univers étourdissant des Compagnies de rickshaws,

une immersion au guidon d’un rickshaw dans un Bangladesh bouillonnant, surprenant, à mille lieux des clichés qui lui collent à la peau…

 

Disponible dans toutes les bonnes librairies et les grands "circuits" de distribution...

ou

Possibilité de le commander directement avec dédicace (frais d'envoi offerts)

en m'écrivant à 

Jean-Louis Massard 4 rue Longeray 73200 Albertville

                                              jl_73@hotmail.fr   

 

Référence critique :

http://ecrivains-voyageurs.blogspot.fr/2012/03/jai-lu-bangladesh-rickshaw-de-jean.html

http://carfree.fr/index.php/2012/09/05/bangladesh-rickshaw/

          

 

Partager cette page

Published by