Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : carnet-rickshaw
  • carnet-rickshaw
  • : Blog consacré aux Rickshaw Wallahs et relayant un voyage Dhaka-Delhi à vélo-rickshaw (oct 2008-mars 2009)
  • Contact
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:49

Les 5D lisent des romans qui leur parlent tous de l'Inde.
Voici les fiches de lecture de leurs livres préférés.


SITA ET LA RIVIERE

Présentation du livre :
Auteur : Françoise Deau, Ruskin Bond
Editeur : Hatier
Collection : Courte Echelle
Genre du livre : Roman d’aventure

Epoque et lieu de l’action :
Cette histoire se passe en Inde pendant la mousson.

Résumé :
C’est l’histoire d’une petite fille qui vit seule avec ses grands parents sur une île cernée par la rivière où il y a une arbre qui a déjà survécu à une grande crue du fleuve. Malheureusement, la grand-mère de Sita tombe malade et son grand père doit l’emmener à l’hôpital en bateau. Pendant ce temps , Sita doit surveiller les poules les moutons, mais le fleuve monte…et il déborde. Sita panique, monte dans le grand arbre solide, mais l’arbre ne résiste pas à la puissance de l’eau et se déracine.
La petite fille, assise sur le tronc de l’arbre, est effrayée, mais le tronc va heurter la rive, et là, elle aperçoit un petit garçon qui lui vient en aide en la faisant monter dans sa barque. Pendant quelques jours, ils naviguent sur le fleuve en se nourrissant des fruits que le garçon avait cueillis, et peu à peu, le fleuve et les pluies intenses se calment. Ils aperçoivent une forêt boueuse. Après quelques minutes, ils aperçoivent un petit village où les gens sont hospitaliers. Un fermier passant par là voit Sita, et par compassion, il la fait monter dans son char à bœufs et Krishan, le petit garçon qui avait aidé Sita lui donne sa flûte pour lui prouver son amitié. Vu que le fermier va à la ville, Sita est joyeuse. Dans la foule de la ville, elle court et elle aperçoit son grand père. Elle le rejoint pour lui demander des nouvelles de sa grand-mère. Mais hélas, la grand-mère est décédée à l’hôpital. Obligés de partir, Sita et son grand père rentre chez eux, reconstruisent leur hutte et leur poulailler, et leur vie continue… 
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CHANDRA

Présentation du livre :
Auteur :  France Mary Andry
Editeur :  Flammarion Castor Poche
Collection : Castor Poche Junior
Genre du livre : Roman d’aventure

Epoque et lieu de l’action :

En Inde à Delhi, au XXIème siècle

Etude des personnages principaux :
Chandra : C’est le personnage principal, c’est une jeune fille de 11 ans, elle va à l’école, et voudrait devenir ingénieur, elle est assez moderne
Nani  (grand-mère) : C’est la grand mède de Chandra et elle habite un appartement dans Delhi, elle aime beaucoup Chandra et ferait tout pour la protéger.

Résumé de l’histoire :
Chandra, arrivant un jour à l’école, annonce à es amis étonnés qu’elle va se marier. Chandra n’a que 11 ans ! Le mariage se passe bien et elle trouve son mari plutot gentil…Malheureusement, elle devra quitter sa famille pour aller vivre dans celle de son mari (qui habite très loin de sa maison). Mais lorsqu’elle arrive dans sa nouvelle famille, elle va apprendre que son époux est mort à la suite d’une grosse fièvre. Sa nouvelle famille va alors la traiter comme une esclave, et la mère de son défunt mari la rend coupable de la mort de son fils. Chandra se rend compte que ses parents savaient que son mari était mort avant même qu’elle ne parte chez sa nouvelle famille. Une cousine va aider Chandra à s’enfuir, mais le combat ne sera pas facile ! Elle va donc se déguiser en garçon et revenir en train à Delhi, avec l’aide d’un homme de caste inférieure. Chandra arrive chez ses parents, mais son père la renie et l’humilie devant son voisinage. Elle ira donc chez sa grand-mère qui lui trouvera une famille adoptive en Angleterre, une famille qui ne pouvait pas avoir d’enfant.
---------------------------------------------------------------------------
LES LUMIERES DE DIWALI

Présentation du livre :
Auteur : Rummer Godden
Editeur : Flammarion
Collection :  Castor Poche
Genre du livre : Roman d’aventure

Epoque et lieu de l’histoire :
L’histoire se passe pendant la fête des lumières à Pashangar et dans un village non loin de cette ville se situant au Bengale 

Résumé :
Demain, c’est Diwali, la nuit où l’Inde s’illumine. Le soir, partout, on allume les deepas (petites lampes à huile) en l’honneur de la déesse Hali. Mais cette année, Prem s’inquiète de ne pas les trouver dans la maison. En fait, Mamoni (maman) les a vendus à cause de leur problème financier. Alors, elle décide d’aller à la Mela pour en acheter des nouvelles avec l’argent que Bijoi Rai, le chef du village, lui a donné.
Le jour de la fête, Prem se rend en moto avec le facteur à la Mela pour acheter les deepas. Mais elle est tentée par les manèges, les friandises…que proposent les marchands. Au final, elle a tout dépensé, et toujours pas de deepas pour éclairer sa maison ! Résignée et malheureuse  elle songe à quitter Pashangar, mais comment ? C’est alors qu’elle réalise que dans son plan, elle n’a oublié qu’une chose, le retour de la Mela jusque chez elle. Il ne lui reste plus qu’à rentrer à pied.
Sur le chemin du retour, elle rencontre Bijoi Rai à dos d’éléphant. Il lui demande ce qu’elle fait là, et elle lui raconte toute l’histoire. Emu, Bijoi Rai décide d’embaucher Mamoni à la place à la place de sa servante qui le volait. Prem est contente, car, grace à Bojoi Rai, elle pourra enfn aller à l’école !
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

MON VOYAGE INOUBLIABLE

Présentation du livre :
Auteur : Bhajju Shyam
Editeur : Syros
Collection : Les Incorruptibles
Genre du livre : Carnet de Voyage

Epoque et lieu de l’action :
Cette histoire se déroule au XXI ème siècle à Londres et en Inde.

Résumé :
Bhajju Shyan est un jeune indien, il est artiste, il n’a pas peur de partir à l’autre bout du monde. Il aime visiter, découvrir des choses, des gens… Il adore son oncle. Il est très social. Il accepte une autre culture que la sienne. Et surtout, il aime partager ses aventures avec les autres !
Ce jeune indien part en voyage pour la première fois à Londres pour redécorer un restaurant indien. Il est inquiet car l’avion l’impressionne. En Angleterre, il apprend à connaître les anglais : le pub, les quartiers, le métro, l’autobus...Rentré chez lui, il raconte son voyage, son voyage inoubliable. En effet, touts ses aventures londoniennes sont tellement différentes de sa vie en Inde !!!    

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA COURSE AUX FANTOMES


Présentation du livre :
Auteur : Christine Beigel
Editeur : Syros
Collection : Souris
Genre du livre : Roman policier

Epoque et lieu de l’action :
De nos jours, à Delhi et à Madras

Résumé :
C’est un père français et son fils Benjamin qui fête ses treize ans. Son pèere lui révèle qu’il a eu un autre enfant avant lui. Il lui propose de l’accompagner en Inde pour rencontrer Sanjee, son frère qui vite à Delhi. Mais Sanjee appelle son père…et il tombe sur son frère Benjamin ! Soudain, des coups de feu retentissent, et …plus de communication ! Ce mystère l’incite à aller en Inde. Las bas, un français nommé Luc les interpelle, Benjamin trouve ça anormal. Par la suite, il s’avère que Luc est un belge qui embauche des indiens pauvres pour détrousser les touristes. Benjamin et son père tombent dans un traquenard, et s’ensuit une intrigue policière palpitante !
 

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:47

Compte-rendu de l'intervention du 11/03/09 sur le cinéma indien

Intervenante : Peggy Zejgman
 

 

I - Présentation du cinéma indien

 

A) Bollywood = Bombay + Hollywood

Bollywood produit des films commerciaux indiens à Bombay.

Les Indiens n'aiment pas ce mot car ils ne veulent pas être comparés à Hollywood : ils disent “films hindis produits à Mumbay”.

Beaucoup de films sont produits en hindoustani ( = hindi + ourdou) car ils sont compris dans tout le pays. Il y a environ 180 langues parlées en Inde!

 

B) Calcutta : 2ème grand centre du cinéma indien

A Calcutta sont surtout produits des films d'auteur qui sont faits en Bengalie et tournant autour de la psychologie des personnages.

Le plus grand réalisateur est Satyajit Ray.

 

C) Chennai (anciennement Madras) : Autre centre du cinéma indien

C'est le 3ème centre du cinéma en Inde.

La langue est le Tamoul.

Ils font des films commerciaux qui sont souvent refaits ensuite à Bollywood en langue hindi.

 

Tous ces grands centres donnent une production totale de 1000 films par an.

En comparaison, les  USA n'en font que 500 et la France 200!

La fréquentation est énorme : 13 millions de spectateurs par jour et 4,7 milliards par an!!!

Les Indiens sont les plus grands cinéphiles du monde car :

-Le cinéma est un lieu d'évasion, on y oublie la dureté du quotidien.

-L'entrée est peu chère (environ 10 centimes)

-Il y a des cinémas partout, et des salles itinérantes.

-Il y a une super ambiance dans les salles de cinéma.

-Il y a la climatisation!

 

 

II - Généralités sur les films

On parle de Bollywood en France depuis 5 ans, grâce à “Lagaan” de Ashutosh Gowariker (primé oscar du meilleur film étranger en 2002).

Les spectacles sont toujours très longs : il n'y a pas de notion de temps.

La musique est très importante (6 à 7 morceaux par film): En général on sort la musique avant le film pour avoir une idée du succès éventuel.

Les chansons sont en playback depuis 1937.

La chanteuse la plus connue est Lata Mangeshkar qui a 82 ans et qui enregistre encore!

L'autre grande star est Soru Nigam.

La danse est omniprésente, toujours en rapport avec le sacré : Il y a beaucoup de gestes en connexions avec le sacré.

Il y a une liberté visuelle totale : Il ne faut pas chercher la logique.

Il y a toujours des émotions fortes.

On ne s'embrasse jamais sur la bouche pour ne pas choquer mais il y a toujours une grande sensualité (saris transparents...).

La violence est apparue dans les films vers 1970 à cause des changements dans la société, avec Amitakh Bachchan.

Le cinéma indien est fait pour être compris par une population d'analphabètes, d'où l'importance de la mise en scène et du jeu des acteurs.

 

 

III - Extraits de films

- 1er extrait : film “Swades” (= La patrie) avec l'immense star Shah Rukh Khan.

Il interprète un NRI (Indien de la Diaspora) de la NASA qui va devenir américain et qui retourne en Inde pour retrouver sa nounou et le village pauvre où il est né... Un lieu extraordinaire!

La scène visionnée était en plein air.

 

- 2ème extrait : film “La famille indienne” (2001) de Karan Johar avec toutes les stars de l'époque.

 

 

IV - Slumdog Millionaire (de Danny Boyle)

Grosse polémique en Inde : Diffamatoire, mais très bien reçu dans le reste du monde.

Le film est inspiré d'un roman indien : “Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire.”

Il y a 3 temps dans le film : c'est un fonctionnement très indien avec beaucoup d'histoires qui s'entrecroisent.

Il y a des aspects très réalistes et des clins d'oeil à Bollywood.

On y parle d'Amitakh Bachchan, dieu vivant en Inde.

 

ps : Peggy Zejgman est notamment chargée de cours à Paris III  consacré à l'histoire du cinéma indien. Médiatrice culturelle en cinéma, elle enseigne aussi dans différentes structures  (IUT, Ecole de Cinéma...)

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:45
La Classe de 5B est allée voir ce film au Dome Théâtre Albertville le 16 mars dernier. C’est l’histoire de 3 enfants qui vivent dans les bidonvilles de Bombay et l’un d’eux, Djamal réussit quelques années plus tard à répondre à toutes les questions du jeu « Qui veut gagner des millions » car les réponses, il les a toutes vécues.

Quelques avis :

« C’est un très beau film que j’ai beaucoup aimé, avec une belle histoire d’amour un peu triste par moment »

« Beaucoup de suspens et d’aventure »

« Il montre bien la réalité de l’Inde des enfants qui traînent dans les rues des bidonvilles. Il montre que je ne suis pas à plaindre de ce que j’ai, car je me suis aperçu dans les bidonvilles que c’est dix fois pire.
»

« Le film prouve que la chance tourne »

« Petits, même s’ils vivaient dans les bidonvilles, ils étaient intelligents et débrouillards. Ils se donnent tous les moyens pour réussir»

« J’ai adoré, il faut retourner le voir. Je suis allé le voir 2 fois »

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:41

Le Mardi 24 Mars à 8h00, nous partions du collège pour aller à Lyon. En arrivant à Lyon, nous sommes allés au Musée des Arts Décoratifs et nous sommes allés rejoindre 2 dames pour les 2 groupes pour les ateliers. Avec les dames et les 2 groupes, nous avons vu des vêtements et des tissus Indiens, des vêtements de tradition Indienne.

Ensuite,avec les 2 groupes, on est allé à nos ateliers. Il y avait un atelier qui faisait des collages sur une toile avec des tissus Indien sur le sol.

         

Et l'autre groupe a fait des marionnettes ou des animaux sur lesquels ils ont collé des tissus Indiens.

         
         
Marionnettes réalisées par les élèves, exposées à l'occasion de la Journée Portes Ouvertes du Collège Pierre Grange qui s'est tenue le 16 mai dernier

Vers 12h30, nous avons aidé les dames à ranger et nous avons rangè dans un sac des tissus Indiens et les marionnettes ou les animaux non finis et nous avons pique-niqué dans la même pièce.

         

Après la pause de midi, nous sommes allés voir une danseuse Européenne habillée en Indienne qui nous a fait découvrir la danse Indienne dans une histoire avec le singe Dieu Hanuman. Pendant l'histoire, elle parlait et dansait pour nous faire comprendre les sons des animaux et l'histoire. Aprés, nous sommes partis du Musée des Arts Décoratifs de Lyon pour aller au Parc de la Tête D'or voir le tigre du Bengale et l'éléphant D'Asie.

         

Le soir, nous sommes retournés au collège à 18h30,aprés avoir passé une très bonne journée aux couleurs de L'Inde.

Thomas

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:37

C'était "Journée Portes Ouvertes" au Collège Pierre Grange ce samedi 16 mai.
Une occasion pour les élèves de présenter quelques uns de leurs travaux...

         
     Marionnettes indiennes exposées, réalisées par les élèves. 
(voir dans cette même rubrique "Les élèves rencontrent l'Inde à Lyon".
C'est au Musée des Arts Décoratifs à Lyon que les élèves se sont essayés à la réalisation des marionnettes indiennes)

         
Des panneaux de présentation réalisés par les élèves emmenent le visiteur à la découverte de l'Inde.
         
          
         
Les élèves accueillent le public dans "l'Espace Inde" qu'ils ont érigé, et commentent les relations qu'ils ont entretenues avec Milou...    

         

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:35

Les 5D ont regardé en cours de géographie, les 4 DVD de « L'Inde des jours et des hommes » de Frédéric Soltan et Dominique Rabotteau


Bombay

Bombay se situe en Inde ; cette ville de 17 millions d'habitants est la capitale du futur.
A Bombay il y a beaucoup de diamantaires, et de vendeurs de diamants dans la rue, ce qui est légal. Anoudegouman est le plus grand des diamantaires d'Inde ; il y a des assureurs qui, en cas de vol de diamants, remboursent les diamantaires. Anoudegouman emploie une technique millénaire. Il emploie des hommes comme tous les autres dans la rue. Ses hommes deviennent des enkaria, des porteurs de diamants qui sont anonymes. Leur mission est de transporter les diamants de Bombay à Surat. A Surat 30 000 hommes travaillent le diamant ; ils le taillent dans des conditions très sécurisées.
A Bombay il y a aussi des Dobis ; un Dobi est un laveur de vêtements. Ils travaillent 20h par jour et ne se trompent jamais au moment de rendre les vêtements. Les Dobis vont laver les vêtements à une grande place créée par les Anglais, le Malaschmac. Le Malaschmac est composé de milliers d'emplacements. La ville de Bombay fournit l'eau 2h par jour et une pierre pour y frapper les vêtements ; les pierres peuvent être transmises de générations en générations. 

 

New Dehli

A New Dehli, il y a un maître, Gourou Anouman ; il a 95ans et est le directeur d'une école de lutte ; il forme des champions. Gourou Anouman fait lui-même ses cours ; il connaît tous ses élèves et tous les matins un de ses élèves lui lit la page des sports. Le gourou voyage beaucoup et parfois il va dans son village. Anouman a formé Sat Paf, qui a été beaucoup médaillé ; maintenant il est sélectionneur.   

 

Calcutta

Calcutta est la capitale de la culture. Cette ville est l'une des 4 plus grandes villes de l'Inde. Elle est traversée par le Gange ; là naviguent des bateaux appelés << les ferries >> . Ce bateau transporte jusqu'à 300 personnes, c'est un moyen de transport moins polluant, rapide et silencieux,
A chaque pleine lune, c'est la fête du Gange. Pour l'évènement, des milliers de pèlerins se rendent sur une île. Là, ils font des offrandes à la déesse, où il faut faire attention de ne pas se faire écraser !! Ensuite, ils vont se baigner dans les eaux glaciales du Gange (pas plus de 7°).

Calcutta est aussi la ville des conques ; ces coquillages blancs varient de taille en fonction de leurs rôles (musique,décoration, bijou ...) ; par exemple, il faut plutôt  de grosses coquilles pour les bracelets... On peut dire qu'elles ont un rôle religieux car on doit les porter au mariage, celui-ci protégera le couple (seulement les Indiens). C'est une grande richesse pour l'Inde, même si les fabriquants ne gagnent que 3 euros par jour. Il faut les polir, les couper,les graver ... Rien ne se perd, pour preuve : même la poussière sert de peinture !

40 %  des bijoux partent à l'étranger. Cela risque de disparaître dans quelques années...

 

Les Sadous

Les Sadous sont des hommes saints  qui prient pour le bonheur de tous. Certains se déplacent de ville en ville pour répandre la joie. D'autres préfèrent vivre seul ou en groupe dans des grottes ou des forêts. Leurs prières se passent autour d'un feu, en faisant du yoga. Avant leur prière, les Sadous se partagent une pipe. Les Sadous mangent des légumes et du pain ; quelques fois, ils organisent des repas libres à tous. Les Sadous ont le pouvoir de guérir. Les Sadous sont vus comme des gentils sorciers. Ils n'apportent aucun soin à leurs  cheveux, à part eau et cendre. Chaque jour, ils se baignent dans le Gange, car pour eux l'eau du Gange est sacrée ; des personnes viennent du sous-continent pour se baigner dans le Gange, certaines villes sont sacrées aussi.

 

Gevensing

Gevensing est un guérisseur et un bénisseur. Il est devenu guérisseur et bénisseur car il a survécu à une morsure de cobra. Il fait parti de nombreux Bopas. Quand les malades viennent le voir, ils le payent en riz,noix de coco...,mais pas en argent. Il soigne la typhoïde, la pneumonie et les morsures de cobras. Un soir dans l'année, le Bopa rentre en transe avec le dieu serpent. Toute la nuit, il va soigner des malades en ayant le pouvoir de sa divinité.


Sarah et Dylan 

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:33

C’est la fin de nos aventures. Nous voici à Delhi. Il y a beaucoup de klaxons, des gens qui chantent dans la rue. Les cyclistes activent leurs sonnettes par peur de multiples dangers, un chien aboie. Les sonneurs de conques, la musique répétitive des cythars sortant des magasins, résonnent dans nos oreilles. On entend un mélange d’hindi et d’anglais.

...
 

Après avoir parcouru plus de 4000 kms avec Jean Louis, Milou se retrouve à Delhi avec un nouveau maître, Munna. Jean-Louis a offert Milou à Munna car ce pauvre rickshaw wallah n’avait pas les moyens de se payer un rickshaw. De plus, Munna avait de grosses dettes, car on lui avait volé le rickshaw qu’il avait en location. Espérons que Milou ne finisse pas ses jours entre les mains du propriétaire du rickshaw volé à Munna...

...
 

La vie typique d’un Rickshaw-Wallah

Munna fait partie de ces nombreux indiens qui font leurs bagages, quittent leur campagne, leurs proches, pour aller survivre en ville et gagner de quoi faire vivre tout le reste de la famille. Leur vie est très dure, il faut pédaler toute la journée, transporter des gens et des marchandises qui pèsent. A vide déjà 90 kilos. Ils peuvent aussi transporter des canettes à recycler pour construire de nouveaux rickshaws. A la nuit tombée, certains vont dormir sur leur rickshaw, d’autres rejoignent leur campement de tôle qu’ils ont construits eux-mêmes pour y vivre dans des conditions déplorables (saleté, pas d’hygiène, manque de place et d’intimité, etc…mais heureusement, présence d’un portable)

 ...
 

(à suivre)

 

 

 

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:31

Dejà six mois de voyage ! Ca passe vite ! Nous avons la tête pleine d’images et de films du sous continent : le Taj Mahal, les pélerins dans le Gange à Bénarès, les enfants qui mendient, les pauvres qui vivent dans la rue, Bollywood et les séances de cinéma, toutes ces couleurs pour si peu d’argent, la mousson, la nourriture épicée, les vaches sacrées, les femmes en sari multicolores, les dhalis (laveurs de vêtements), les Bopas (guérisseurs), les nombreux temples fleuris, la religion et les divinités, les sourires des Indiens…

mais hélas, Jean-Baptiste ne rentrera pas en France avec nous. Un an et demi sans nouvelle malgré les nombreuses recherches de sa famille. Il reste introuvable mais toujours dans nos pensées.

Les 5ème D

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:29

« -  Namaste,
Je m’appelle Muna. Je viens de l’Inde. Et aujourd’hui, je suis fierment content, car aujourd’hui, nous allons parler de mon pays, ce beau pays que j’aime tant !
      
Mais le spécialiste de la classe, c’est : Thibault.
Thibault…!? Viens…!
 


- Bonjour,
Moi, mon prénom, c’est « Inde ». Et je vais vous poser quelques questions sur ce pays qui est mon pays natal.
Est-ce que vous savez quelle est la population de ce pays ? Quelqu’un sait ? Non ?
Et bien, elle a un milliard et …des poussières de personnes.
(1)
Vous savez en superficie combien de fois elle est plus grande que la France ?
Non ? L’Inde fait sept fois la France. Donc c’est énorme. Elle fait 3 millions 968 milles km2.
Ensuite, vous savez combien il y a de langues en Inde ?
Il y a 1600 dialectes et langues, dont 18 langues officielles
(2). Comme langue officielle, je vais vous en citer une par exemple. Il y a le Tamoul. L’anglais dans l’Inde, il est parlé pour la politique et dans les journaux qui sont en très nette progression d’achat.
      
Ensuite, vous savez ce que c’est comme régime politique l’Inde?
C’est une république fédérale de  28  états et de 7 territoires.
Ensuite, vous savez quelle est la capitale ?
- Delhi ! (3a) 
Oui, c’est bien ! …Tu sais lire !
(3b)
Vous savez ce que c’est la religion la plus répandue en Inde ?
- L’hindouisme !
Oui, c’est bien, c’est ça. Avec un peu plus de 80%, Mathieu et Fabien vous en parlerons tout à l’heure. Ensuite, c’est les musulmans avec que 12%. Ensuite, c’est suivi des sikhs et des chrétiens avec un peu plus de 2%, et enfin c’est les bouddhistes et les jaïns avec un peu plus d’1%.
La monnaie en Inde c’est les roupies indiennes.
Et si vous voulez savoir le relief…et bien…vous regardez les panneaux…
(1) : près de 1 milliard 150 millions d’habitants.
(2) : les 18 langues recensées dans la Constitution Indienne sont l'assamais (IA), le bengali (IA), le cachemiri, le gujarâtî (IA), l’ hindi (IA) , le kannada (D) (ou kannara), le konkani, le malayalam (D), le manipuri (ou meetei,), le marathi (IA), le népalais (IA), l'oriya (IA), l'ourdou (IA), le penjâbi (IA), le sanskrit (IA), le sindhi, le tamoul (D) et le télougou (D).
Nota : IA : langue indo aryenne / D : langue dravidienne
Les langues officielles de l'administration centrale sont le hindi et l'anglais (langue officielle associée)
(3) : intervention du public présent à la soirée. Parmi celui-ci, un élève, observant la carte de l’Inde qui était exposée à proximité de la scène, répondit à la question…


- Vous avez eu la définition de mon pays. Alors maintenant, passons au Gange et à la Mousson, présentés par Aymeric et Thomas, qui malheureusement n’est pas là.


- Bonjour,
Alors, je vais vous parler d’un personnage qui tient un grand rôle dans la vie des indiens. C’est le Gange.
Le Gange est élevé au rang des divinités.
Les Indiens font un peu de tout dans le Gange. Ils se baignent, ils se lavent, ils font leurs prières, ils font leurs ablutions dans cette eau qui est quand même très polluée.
- Oui, l’eau du Gange est très polluée. D’ailleurs, Mark Twain (1)
a dit : « un microbe digne de ce nom n’y survivrait pas ! »
- Sur ses rives, on pratique la crémation. On abandonne les restes humains dans cette eau opaque.
Mourir à Varanasi ou Bénarès sur la rive gauche du Gange permet à un hindou de survivre aux cycles de la réincarnation.
     
La longueur du Gange, c’est 2500 kms
(2) .
- La source est située à 6600 m d’altitude dans l’Himalaya.
- Il traverse l’Inde et le Bangladesh.
- Et se jette dans le golf du Bengale.
Alors comme tout à l’heure on l’a dit, le Gange est très pollué, car les industries et les égouts se déversent dedans.
Car il faut savoir que l’eau est un problème très important en Inde.
Dans les hôpitaux, une personne sur 4 est ici à l’hôpital à cause de l’eau. Donc, c’est un  très grand problème en Inde l’eau.
Et maintenant, je vais vous parler un peu de la mousson.
La mousson, c’est une saison où il y a des pluies diluviennes qui s’abattent sur le continent indien, ce qui fait déborder les fleuves, notamment le Gange. Et cela fertilise les terres à coté du Gange, et c’est très favorable à la culture du riz.
- C’est quand la mousson en Inde ?
- La mousson, c’est en été. Tous les ans, en été.
(1) : écrivain américain, dont le véritable nom est Samuel Langhorne Clemens, né dans le Missouri (1835 - 1910). Il fut romancier, humoriste et essayiste.
(2) : la longueur du Gange « varie suivant les sources retenues » de 2 500 à quelque 3 000 km.


(à suivre)
La 5èmeD

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:27



- Tout ça me donne envie de me baigner…
Mais maintenant, passons à la religion avec Fabien et Mathieu. Fabien… !? Mathieu… !?Et ho… !?


- Tout d’abord, il ne faut pas confondre « Etre hindou » et « Etre indien ». Alors, connaissez vous la différence ?

La différence, c’est être hindou, c’est être pratiquant de la religion hindouiste. Et être indien, c’est être habitant de l’Inde.
- Mais tu sais Mathieu, que dans le monde, il y a plus de 800 millions d’adeptes !
- Oui, c’est énorme. Car comme vous l’a dit Thibault, plus de 3/4 des indiens sont hindous.
Moi, quelque chose que je trouve très spécial, c’est la réincarnation. Peux-tu nous en parler Fabien ?
- Oui. Comme vous a dit Mathieu, c’est très bizarre. Car le monde naît, et meurt à nouveau, et les personnes meurent aussi, et renaissent à nouveau. Ca s’appelle la réincarnation.
Là bas, il y a une multitude de dieux. Ils ont une multitude de dieux parce qu’ils portent des noms différents selon le lieu et la circonstance.
- Alors moi, je vais vous en parler d’un principal : Ganesh. Ganesh, le plus aimé de tous les dieux. C’est le dieu à tête d’éléphant. Mais savez vous pourquoi il a une tête d’éléphant ?
- …
- Alors je vais vous raconter l’histoire, pourquoi il a une tête d’éléphant. Alors, tout d’abord, il faut savoir que Ganesh est né quand son père était parti. Donc, ils ne se connaissent pas.
Alors un jour, la mère de Ganesh est partie et demanda à son fils de garder la maison. Le père revint, et comme je vous l’ai dit tout à l’heure, ils ne se connaissaient pas. Alors, Ganesh dit à son père : « Ne rentres pas, surtout ne pose pas Un Seul pied dans ma maison !!! »
        
Le père très énervé, lui trancha la tête comme je vais le faire…(1)
Voilà ! Pauvre Ganesh, il n’a plus de tête !
Et la mère revint et dit : « Ah là là là là !!! Où est passée la tête de mon fils !? Tu vas me la ramener, je te dis, Maudis Mari !!! » (2)
Alors, le mari ordonna à ses gardes d’aller chercher et couper la tête du premier animal qu’ils trouveraient. Or le premier animal qu’ils rencontrèrent, c’est un éléphant. Voilà pourquoi Ganesh a une tête d’éléphant !
Tout ça pour vous dire qu’il y a beaucoup d’éléphants en Inde.
Et maintenant, Fabien va vous parler de Shiva.
- Shiva, qui est ici, ressemble à une femme… !?, mais c’est un homme. Il est bienveillant et paisible. Il est le dieu de la danse, de la destruction et de la création. Shiva est adoré par les yogis. Ses 4 bras représentent les 4 directions de l’espace : le nord, l’ouest, le sud et l’est.

- Nous allons maintenant vous parler des 10 avatars de Vishnou. Mais savez vous qu’est-ce qu’un avatar ?
- Un quoi ?
- Un avatar. C’est la forme sous laquelle le dieu se présente sur terre. Donc, on va vous en présenter quelques uns. Alors moi mes préférés, c’est le 5ème avatar de Vishnou, Vâmana, le nain qui devenu géant, parcourut l’univers en 3 pas,
et Bouddha, le même qui fonda le bouddhisme. Vous le connaissez tous (3) .
         
- Ils sont minables par rapports aux miens !
Narashima, l’homme-lion qui tua le démon Hiranyakashipu. Et le 2ème, c’est pas rien, c’est Parashurama, qui brisa la révolte des guerriers contre les brahmans ! (3)
Et si vous voulez voir les autres…vous n’avez qu’à lire nos panneaux !
(1) : Mathieu simula la scène avec un sabre qu’il a réalisé en carton
(2) : Traduction « personnelle et vivante » de Fabien et Mathieu des expressions citées dans le « Shiva Purâna », texte sacré consacré à Shiva et relatant ladite scène...
(3) : extraits de la mythologie indienne


- Me revoilà…
Après cette définition de la religion, nous voilà avec Gandhi, un philosophe indien qui créa des phrases un peu bizarres,  dont Lison et Chloé vont vous parler.


- Alors, Gandhi est un homme indien qui s’est battu pour la paix, contre la guerre, et nous allons vous citer quelques unes de ses expressions.
- « Vis comme si tu devais mourir demain, apprends comme si tu devais vivre toujours »
- « Le bonheur, c’est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles »
- « La haine tue toujours, l’amour ne meurt jamais »
       
- « Commencez par changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous »
- « Vivre tout simplement pour que tous puissent vivre simplement »
- « Moins on désire, moins on possède »
- Et si tout le monde respectait ces petites phrases, le monde serait meilleur !


(à suivre)
Les 5ème D

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article