Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : carnet-rickshaw
  • carnet-rickshaw
  • : Blog consacré aux Rickshaw Wallahs et relayant un voyage Dhaka-Delhi à vélo-rickshaw (oct 2008-mars 2009)
  • Contact
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:25



- Et oh… !? Lison… !? Chloé… !? C’est pas fini. C’est encore à vous ! Venez… ! Et oh… !? On vous attend… !!?


- Namaste !
- Dis Lison, tu veux que je te parle du cinéma indien ?
- Oui.
- Et bien, il y a 3 grands centres de cinéma en Inde.
- Lesquels ?
- En 1er, il y a Bollywood.
- Hollywood ?
- Non. Bollywood ! C’est Bombay + Hollywood.
Ensuite, il y a Calcutta, et ensuite Chennaî.
Et les indiens vont beaucoup au cinéma. Je crois que ce sont les plus grands cinéphiles du monde.
- Ah oui ! Et bien moi, je suis allé voir des films en Inde. Et il y avait de l’ambiance !
- Oui. Il y a toujours beaucoup d’ambiance dans les salles de cinéma en Inde. Les gens se lèvent, dansent, crient, chantent, disent leurs réflexions à voix haute. Il faut dire que les cinémas là bas ils sont biens. C’est pas cher du tout, à peu près 10 centimes. Et puis, il y a la climatisation.
- Ah oui ! Je comprends mieux !
Alors moi, je suis allée voir « Swades ». C’est un ingénieur indien qui part aux Etats-Unis pour un projet de météorologie pour la NASA. Donc après, il veut retrouver sa nounou. Il retourne en Inde, et il la retrouve dans un petit village. Il rencontre Gita. L’ingénieur, c’est Shah Rukh Khan.
- En Inde, c’est le « Brad Pitt » comme en France !
        
- Il a trouvé ce village tellement exceptionnel qu’il retourne aux Etats-Unis finir vite ce projet et  retourne s’installer en Inde.
J’ai vu aussi « La famille indienne » avec aussi Shah Rukh Khan.
Shah Rukh Khan, il est en train de circuler. Donc, vous verrez sûrement sa photo…
« La famille indienne », c’est une histoire de famille qui montre un peu la vie quotidienne des indiens. Ce film réunit toutes les stars indiennes.
Et j’ai souvenir qu’ils ont duré très longtemps les films. 3 heures, 3 heures et demi

- En Inde, il n’y a pas de notion du temps quand on fait les films. Et puis, ils aiment bien rester dans les salles de cinéma longtemps.
- Ah oui ! Et j’ai souvenir qu’il y a eu beaucoup de musique. 6 à 7 morceaux.
- Oui. Et généralement, on sort les musiques avant les films pour voir si le film fera un tabac.
- Ah oui ! Et bien, c’est une bonne idée ça !
Et il y avait des gestes bizarres dans les danses des films.
- Ce sont des gestes sacrés. Dans la danse, tout est en connexion avec le sacré.
- Et j’ai trouvé aussi que les acteurs jouaient très bien, et que la mise en scène était superbe.
- Oui. Car en Inde, la plus part de la population est analphabète. Donc il faut que toutes les personnes puissent comprendre.
- Ah oui ! Et bien, c’était bien ! Tu m’en as appris beaucoup !


Après cette définition extrêmement bien expliquée par Lison et Choé, passons à Slumdog Millionnaire, avec Sarah et Léo.


- Nous, on va vous présenter « Slumdog Millionnaire ». C’est un film qu’on a été voir au Dôme à Albertville le 17 mars
(1).
- Et qu’on a faillit pas voir parce que les représentants du Dôme, ils disaient que c’était un film trop dur pour nous. Mais nos supers profs, ils y sont allés avant nous, et ils ont dit que ça allait bien.
- Donc, le film a été réalisé par Danny Boyle. C’est un anglais. Il a été diffusé dans tout le monde, mais seulement les indiens n’ont pas apprécié.
- Parce que ça montre l’aspect négatif de leur pays. Parce que « Slumdog Millionnaire », ça veut dire « Le chien des bidonvilles millionnaire ».
- Danny Boyle, il s’est inspiré d’un roman indien qui s’appelle « Les fabuleuses aventures d’un indien malchanceux qui devient milliardaire ».
Le film, il a exactement la même structure qu’un film indien.
- Alors, il est en 3 plans. Il y a le jeu, l’interrogatoire et son enfance. Et comme dans tous les films indiens, il y a de la danse et de la musique.
       
- Maintenant, on va vous présenter l’affiche du film.
 Ici, il y a Djamal, c’est l’acteur principal. Là, c’est Latika, c’est l’amoureuse de Djamal. Ils vont se perdre quand ils seront enfants, et ensuite se retrouver.  
Et ensuite là, c’est pour représenter le jeu auquel il va gagner les 20 millions de roupies.
On va faire un résumé maintenant. Djamal, il n’a encore que 18 ans et il est orphelin. Il s’inscrit au jeu « Qui veut gagner des millions », en Inde. Et il n’est plus qu’à une question de la fin quand la police va l’arrêter pour un soupçon de tricherie.
- Parce qu’il a réussit à répondre aux questions les plus difficiles alors que quand il était petit, c’était un des enfants les plus pauvres de l’Inde.
- Du coup, il va nous expliquer ses origines, ses connaissances, etc. Parce qu’en fait, c’est grâce à ça qu’il arrive à répondre aux questions. A chaque question, il va se rappeler un moment de sa vie et ça va lui donner la réponse en fait.
Et si vous voulez savoir si il va finir ou pas par gagner, ce qu’il va se passer, il faut aller voir le film. Il vaut vraiment le coup en plus.

Maintenant, c’est l’avis de la classe.
Toute la classe l’a trouvé très bien, mais certains l’ont trouvé :
- triste, choquant ou encore drôle.
- drôle parce qu’à un moment dans le film, Djamal et son frère, ils font faire la visite du Taj Mahal à des visiteurs, alors qu’ils ne connaissent même pas l’histoire. Par exemple, ils disent qu’il y a là la piscine olympique, etc. Mais ça, Axelle et Noemie en parleront après, et diront plus de détails.
- ah oui quand les enfants, ils font la course poursuite dans le bidonville avec les policiers, que les enfants ils jettent des choses sur les policiers.
-
triste plutôt, parce qu’à un moment dans le film, il y a quelqu’un qui aveugle les enfants à l’acide pour que les passants aient pitié et donnent encore plus d’argent quand ils vont chanter dans la rue.
- et quand la mère de Salim et de Djamal, leur mère, elle meurt parce qu’il y a l’attaque des musulmans.
- et puis choquant pour la vie des indiens en elle-même, le mode de vie et le travail des enfants.

Maintenant, il va y avoir une petite danse faite par Mathieu, Fabien, Lison, Chloé et Axelle. Ca va être sur un morceau du film, une musique du film.
- Faut les encourager, ils ne sont pas chauds !

- Lison, t’es « ready »... !? Lison, t’es prête… !?
- Mais oui !
- Allez !
      
      


(1) : 
Peggy Zejgman, spécialiste du cinéma indien, était venue au préalable le 11 mars  présenter le Cinéma Indien aux élèves (http://www.carnet-rickshaw.com/6-categorie-10511143.html).
Médiatrice culturelle en cinéma, Peggy Zejgman est chargée de cours à Paris III consacré à l'histoire du cinéma indien. Elle enseigne aussi dans différentes structures  (IUT, Ecole de Cinéma...)

(à suivre)

Les 5ème D

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:23

      
      


- Après cette merveilleuse danse, passons au Taj Mahal, une des 7 merveilles du monde, présentée par Axelle et Noémie.


- Voulez vous qu’on vous présente la plus belle histoire d’amour de l’Inde ?
- Shah Jahan, un prince, tomba amoureux d’une jeune indienne (1)
. Il l’épouse et lui donne le nom de Mumtaz Mahal.
- Elle meut en 1631 en accouchant de son 14ème enfant. Lui qui lui dévoue un amour passionné fut terriblement affecté par sa mort. Il décida de lui faire construire le plus bel édifice du monde.
-
Il ramène sa dépouille à Agra et la fait enterrer avant de commencer la construction du Palais.
- T’imagines !? Il a fallu plus de 22 ans et 20000 hommes pour le faire construire.
- Il devait l’aimer sa femme ! Tu sais que le Taj Mahal, il fait partie des 7 Merveilles du Monde ?
- Oui. Et c’est le monument le plus visité de l’Inde.
(1) :
Shah Jahan (1592-1666) destitué par son fils Aurangzeb et emprisonné au fort d’Agra contempla «le plus bel édifice du monde » jusqu’à sa mort depuis la fenêtre de sa cellule … 
         


- Après le présentement de cette Merveille…
(1) passons à une petite lecture avec Mathieu et Lison.
Lison… !? Mathieu... !?
(1) Fabien, dans l'enthousiasme, « personnalisa » ses propos...


- Nous allons vous présenter les quelques livres que nous avons lus au 1er trimestre en français.
Nous commençons par « Sita et la rivière ».
- Le thème principal de ce livre est le Gange, la Mousson, et l’Amitié. C’est l’histoire d’une jeune fille nommée Sita qui vit sur une petite île, seule avec ses grands parents. Mais un jour, son grand père tombe malade. Alors sa grand-mère est obligée de l’emmener à l’hôpital de la grande ville. Or, c’est la saison de la mousson. Alors, des pluies s’abattent sur le continent indien et le Gange commence à monter autour de l’île. Alors Sita est obligée de partir en petite barque pour retrouver ses parents à la grande ville.
- Pour connaître la suite de ces aventures, lisez « Sita et la Rivière ».
Maintenant, si vous aimez les romans policiers, il y a la « Course aux Fantômes ».
- Alors, le thème principal de ce livre est le tourisme en Inde. C’est l’histoire d’un jeune français nommé Benjamin qui découvre par une liaison téléphonique qu’il a un frère caché en Inde. Mais au cours de la conversation téléphonique, des coups de feu résonnent et la conversation est coupée. Il va donc partir pour l’Inde avec son père.
- Pour savoir la fin, lisez « La Course aux Fantômes ».
Maintenant, un livre sur la fête Diwali, « Les lumières de Diwali ».
- Alors, le thème principal de ce livre est, comme son nom l’indique, la fête de Diwali. La fête de Diwali, autrement dit la Fête des Lumières en Inde, se déroule à mi-octobre pendant 2 semaines. C’est une fête donnée pour la déesse Kali, la déesse du sang, de la guerre, de la destruction. Au cours de cette fête, tous les indiens allument des petites lumières nommées « deepas ».
Alors, c’est l’histoire d’une jeune indienne pauvre qui vit avec sa famille, mais son père est mort. Le jour de Diwali, sa mère a vendu les petites « deepas » qu’ils doivent allumer normalement le soir de Diwali pour faire de belles petites lumières dans la nuit. Elle découvre en fait que sa mère les a vendues, comme ils sont pauvres, pour avoir de l’argent. Alors, la petite fille va essayer de racheter des « deepas » à la grande ville.
- Il y aura-t-il des « deepas » cette année pour Diwali ? Lisez « Les lumières de Diwali ».
       
Maintenant, un petit carnet de voyage : « Mon voyage inoubliable ».
- Le thème principal de ce livre est « Comment un indien se débrouille-t-il dans un pays occidental ». C’est l’histoire d’un artiste indien qui vit dans la jungle, et qui va partir pour Londres pour décorer un restaurant indien. Alors en Angleterre, il y a beaucoup de choses qu’il ne connaissait pas, les avions, les bus, le métro, les restaurants avec beaucoup de choix de plats, etc, etc…
- Lisez : « Mon voyage inoubliable ». 
Et maintenant, la cerise sur le gâteau, notre coup de cœur à tous : « Chandra ».
- Alors, le thème principal de ce livre est le mariage forcé en Inde. L’histoire, c’est l’histoire d’une petite fille nommée Chandra qui a 12 ans et qui va être mariée de force. Alors, le jour où elle va chez la famille de ses beaux parents après le mariage, elle découvre que son mari est mort. Alors, la belle famille va l’emprisonner et va la traiter comme une esclave. Et elle va essayer de s’enfuir.
- On vous conseille ce livre. Alors lisez le …!
Les livres circulent dans la salle, alors profitez en… ! (1)


(1) : retrouvez toute la bibliographie sur
http://www.carnet-rickshaw.com/19-categorie-10511143.html
(à suivre)
Les 5ème D

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:21



- Après cette petite lecture, allons faire un tour de vélo, avec Sarah et Léo.


- Nous, on va vous parler du site qu’a créé Jean-Louis. Il a été créé pour qu’il raconte son aventure en Inde et qu’on y participe aussi. On va vous parler aussi des rickshaws. Et bien là tout de suite. C’est le moyen de transport à 3 roues des Indiens. Il est composé d’un châssis sur lequel il y a une banquette où s’assoient les passagers, 2 roues latérales à l’arrière et une à l’avant, un système de transmission classique pédalier, chaîne, axe et roue, un freinage des plus précaires, pas de vitesse, une capote rigide ou rabattable pour abriter les passagers, et un poids avoisinant les 80-90 kilos.
Je vais vous parler de leur look. Les rickshaws sont fabriqués chez de petits artisans. Certains rickshaws, ce sont de véritables œuvres d’art ambulantes.
- Les artistes reconnus comme tels transmettent leur savoir de générations en générations.
- Alors les rickshaws, ils sont soigneusement décorés par des scènes de campagnes,
- des portraits de stars de cinéma,
- des monuments,
- des paysages idylliques,
- des villes futuristes,
- des événements historiques,
- le tout dans un graphisme haut en couleur et frôlant parfois le très kitch.
- Maintenant on va parler des rickshaw wallahs. Ce sont ceux qui conduisent les rickshaws.
Ils ont des conditions de vie très difficiles (1). Par exemple, il y en a, ça fait quinze ans qu’ils n’ont pas vu leur famille. Ils sont éloignés très longtemps de leur famille quand ils font ce métier.
         
- Les rickshaw wallahs, ils sont souvent harcelés par les policiers. On a regardé une cassette où le policier, il crevait les pneus du rickshaw wallah.
- Et si lors d’un arrêt par la police le rickshaw wallah n’ a pas ses papiers etc, ni les papiers du rickshaw, et bien le rickshaw, il va directement au cimetière des rickshaws
, et il ne pourra plus être utilisé.
Les rickshaw wallahs, ils peuvent louer leurs rickshaws. Ca fait à peu près 1euro cinquante la journée, donc c’est vraiment pas cher.
- Ils gagnent en moyenne 100 roupies pour 10 heures de travail. Ca fait à peu près 1 euro cinquante pour nous.
- Ils peuvent commencer le travail dès 14 ans.
Et c’est difficile comme travail, parce que le rickshaw sans poids dessus, il fait déjà de 80 à 90 kilos quand même.
- Quand il pleut, les rickshaw wallahs ils s’abritent avec un grand sac de plastique bleu resserré au cou et à la taille avec une corde.
- Maintenant,  on va parler des différents types de rickshaws.
Alors, un rickshaw wallah, c’est celui qui conduit le rickshaw.
- Un rickshaw van,  c’est pour transporter des personnes.
- Un rickshaw carrier, c’est pour transporter des marchandises.
- Et un rickshaw pulla, c’est celui qui a le métier le plus difficile. Il doit tirer le rickshaw à la main. Pour qu’on le reconnaisse de loin, il a des petits grelots à ses poignets
.
- Ensuite, on va continuer sur le site.
Il y a un coin, le Coin des Ecoles. C’est là où on a mis tous nos travaux. Donc, on a fait des exposés,
- des fiches de lectures,
- et des dessins.
On va vous donner l’adresse du site.
- Alors c’est
 : http://www.carnet-rickshaw.com
On vous conseille d’aller le visiter et d’aller voir le Coin des Ecoles, parce que c’est notre travail personnel.
- Et puis aussi, ici là, c’est un rickshaw qui a été dessiné par l’artiste de notre classe, Fabien C..On peut l’applaudir !

         
- (…)

- Merci… !
- Et on fait circuler un livre où dans les marques pages, il y a des rickshaw carriers, des rickshaw vans, etc…


(1) : retrouvez la vie des rickshaw wallahs sur
http://www.carnet-rickshaw.com/categorie-10094837.html
(à suivre)

Les 5ème D

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:19



- Après cette ballade à vélo, passons à une autre ballade à vélo. Mais cette fois pour de vrai. Celle que Jean-Louis a fait, et que vont nous présenter Hugo et Léo.
Hugo… !? Léo… !?


- Alors nous, nous allons vous présenter le trajet de Jean-louis.

- Le périple de Jean-louis va durer environ 4200 kms. Son voyage, il commencera début octobre 2008, et il finira fin avril 2009.
- Son voyage, il va durer 24 semaines. Il prévoit de faire 45 kms par jours.
Et des fois, dans les pentes et dans les endroits sablonneux, il faudra qu’il pousse son rickshaw.
- Il a commencé son voyage à Dhaka, où il y restera quelques jours pour acheter son rickshaw, se familiariser avec la circulation, et ainsi de suite.
         
- Après, il est allé au nord du Bangladesh, à Mymensingh où je vous montre.
Après, il est repassé par Dhaka pour aller à Chittagong.
 - Et de Chittagong, il revient à Dhaka, et après il ira passer la frontière indienne. Il ira à Calcutta. Et après, il a l’idée de suivre le Gange. Après, il va à Varanasi, aussi dit Bénarès. Bénarès, c’est un haut lieu de spiritualité indienne.
- Après, il va à Agra où il y a le fameux Taj Mahal que Axelle et Noémie nous ont présentés.
- Et il ira à New Delhi. Elle a été construite en grande partie dans les années 1920.
Et il aurait voulu aller plus loin. Mais le temps ne lui pas permis d’aller plus loin.
- Il voulait aussi aller à la ville de Jaipur, mais il n’a pas pu !
- Et il y avait quoi à Jaipur ?
- A Jaipur, il y avait le Palais des Vents.
- Et aussi, il est allé à Amritsar où là, il y a le Temple d’Or, aussi dit le Golden Temple.

- Et bien, c’est fini !


Après ce long périple, passons à une dégustation. A une dégustation sur panneaux. Avec Fabien et Mathieu.


- Bonjour Mathieu
- Salut Fabien.
Alors vous le public, savez vous ce que l’on mange en Inde ? Vous n’avez pas une petite idée ?
- Le riz ?
- Le riz, oui voilà. C’est déjà quelque chose de très important. Alors, Fabien va vous en parler.
- Donc le riz. Il y a 4 sortes de riz. Il y a le riz brun, complet. Il y a le riz blanc, décortiqué et poli, le riz rouge et le riz noir. Il y a 3 types de grains, le grain long ou de luxe,
- 6 mm et plus,
- le grain demi long,
- 5 à 6 mm, standart,
- le grain court ou rond,
- 4 à 5 mm.
Alors généralement, les indiens accompagnent le riz de curry ou alors de cardamome. Le curry, il y a beaucoup d’épices dedans pour le composer. Savez vous de quoi est composé le curry ?

Vous n’avez aucune idée? Pas même un petit ingrédient ?
Et bien je vais vous les dire. Alors d’abord, il y a le curcuma, la cardamome, le gingembre, la coriandre, la muscade, et les graines de pavot. Ca fait 6 ingrédients pour un épice. C’est énorme.
Et savez vous quand même ce que l’on boit en Inde ?
- Du thé !
- Très bonne réponse. Et c’est Fabien qui va vous en parler.
- Et oui, les indiens, ils boivent beaucoup de thé. Ils le font bouillir dans du lait. Ca doit être bon ! Le thé est parfois épicé avec de la cardamome et des clous de girofles.
- Les principales plantations de thé sont dans l’Himalaya, principalement à Darjeeling. Alors généralement dans le thé, on met des épices, de la cardamome, ou des clous de girofles.
- Eh Mathieu… !? Tu sais ce qu’on mange comme petit déjeuner là bas ?
- Je n’ai aucune idée !
- Et vous le public ?

On mange là bas des galettes de riz cuites à la vapeur avec une sauce de noix de coco.
Il y a aussi le chutney, que je peux pas vous expliquer…( !), le dosaï, qui sont des crêpes fourrées aux légumes et épicées. C’est Masala Dosaï !
         
Et il y a un proverbe indien qui dit : « Regarde avec qui tu manges plutôt que ton assiette ».
- Alors là, vous avez 2 recettes indiennes : le dosaî et le poulet au curry.
Et pour finir, 2 choses très importantes. Surtout la 1ere. En Inde, on mange qu’avec la main droite. Mais pourquoi ? Parce que la main gauche est considérée comme impure. La main gauche sert aux travaux pratiques, à se laver, à faire beaucoup de chose, mais surtout pas à manger. Car elle est impure. La main droite est pure.
Et en Inde, comme dans beaucoup de pays chaud, on mange sur des feuilles de bananiers. Malheureusement, on n’en a pas ici… !
- Un petit conseil pour finir. C’est mangez avec la main droite comme vous a dit Mathieu, et puis, bon appétit !
Vous pouvez vous diriger vers le buffet… !
FIN

Les 5ème D

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 23:00

Atlas de l’Inde

Résumé :
Depuis le début des années 90, l’Union Indienne poursuit une ascension économique fulgurantequi entraine de multiples changements et intègre le pays au sein d’un système mondial en cours d’émergenace et de la société qui voit émerger les classes moyennes
Descripteurs :
Inde / Economie / Population / Agriculture / Urbanisme / Commerce

Auteurs : Philippe Cadène

Editeurs : Autrement

Collection : Atlas / Monde

Date de parution : 2008 
 

15 Contes de l’Inde

 

Résumé :

Une des figures centrales des contes de l’Inde est l’éléphant, symbole de la sagesse. Il sait faire la part entre le juste et le malhonnête, protège les enfants et les plus faibles. Car dans ces quinze contes, les trahisons ne manquent pas,  chez les humains comme chez les animaux.

Descripteurs :

Inde 

Auteurs : Partap Sharma

Editeurs : Castor Poche Flammarion

Collection : Contes, légendes, Recits

Date de parution : 2007

 

Gandhi. Libre de croire

Résumé :

Le Mahatma Gandhi est un personnage hors du commun. Bouleversé par la souffrance,  révolté contre le mépris et habité par la foi, il s’est battu toute sa vie, sans compter. C’est un révolutionnaire qui proposa la non violence pour changer le monde et en particulier le statut des Indiens en Afrique du Sud et des Intouchables en Inde.

Descripteurs :

Inde  

Auteurs : Elisabeth de Lambilly

Editeurs : Bayard Jeunesse

Collection : Libre de croire

Date de parution : 2007


La course aux fantômes

Résumé :

Le jour des treize ans de Benjamin, son père lui révèle qu’il a eu un autre filsavant lui, et lui propose de l’accompagner en Inde pour rencontrer Sanjee, qui vit là bas. Benjamin refuse jusqu’à ce qu’un coup de téléphone le convainc de partir : une voix haletante au bout du fil le supplie d’avertir son père de renoncer à ce voyage…

Descripteurs :

Inde

Genres :

Policier

Auteurs : Christine Beigel

Editeurs : Syros

Collection : Souris Noire

Date de parution : 2007


Légende . Le feu de Shiva

Résumé :

Le Feu de Shiva se situe en Inde et à travers le parcours singulier de son héroïne, l’auteur nous convie à un récit passionnant et dépaysant qui a pour cadre les coutumes Depuis sa naissance, la jeune Parvati est entourée de l’hostilité des villageois qui la croient douées de pouvoirs surnaturels, car ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est danser comme le dieu Shiva. Bientôt, elle pourra devenir une « Devadasi », c'est-à-dire une servante de Dieu, grâce à l’enseignement rigoureux d’un maître de danse.

Descripteurs :

Inde / Hindouisme

Genres :

Légende

Auteurs : Suzanne Fisher Staples

Editeurs : Gallimard

Collection : Scipto

Date de parution : 2007

 

Mon voyage inoubliable. Un artiste indien hors de chez lui
 

Résumé :

Bhajju Shyam est un jeune et brillant artiste aborigène du groupe tribal Gond, en Inde centrale. On lui propose de décorer un grand restaurant indien et il accepte l’invitation. Il n’a jamais voyagé hors de son pays, ni même quitté sa région. Ce livre est son carnet de voyage en images.

Descripteurs :

Inde / Londres / Grande-Bretagne / Arts

Genres :

Carnet de Voyage

Auteurs : Bhajju Shyam

Editeurs : Gallimard

Date de parution : 2007


Aujourd’hui en Inde


Résumé :
Pour découvrir et partager la vie quotidienne de Nandita, petite indienne de Pondichéry. Descripteurs :
Inde
Auteurs : Patrice Favaro
Editeurs : Gallimard
Collection : Le Journal d’un Enfant
Date de parution : 2005

Radhika la petite hindoue

Résumé :
Radhika, petite indienne, nous fait découvrir son pays l’Inde avec ses couleurs et ses coutumes. Elle nous apprend aussi à faire les kolams de bienvenue et les marionnettes  de Ganesh l’homme éléphant et de la vache sacrée.
Descripteurs :
Inde 
Auteurs : Chrystel Proupuech
Editeurs : Mila Editions
Date de parution : 2005

L’Etoile de l’Himalaya
 
Résumé :
L’Etoile de l’Himalaya, c’est le nom du train qui doit emporter Mohan et sa grand-mère de la campagne pour New Delhi afin de retrouver un oncle chauffeur de taxi supposé pouvoir les aider financièrement. Mais Mohan se retrouve seul dans la grande ville. Il suit un temps un groupe d’enfants des rues, puis un cornac, affronte la misère et les dacoïts (bandes de voyous), mais ne retrouve pas son oncle. En désespoir de cause, il rejoint une association d’aide aux plus démunis.
Descripteurs :
Inde / Droits de l’enfant 
Auteurs : Patrice Favaro
Editeurs : Thierry Magnier
Collection : Roman
Date de parution : 2004 

Le porteur de conque
 

Résumé :
La rencontre d’Anand avec un vieil homme inconnu va décider de sa vie. Pour lui et pour un coquillage merveilleux,la conque, il quittera, par une nuit d’orage, sa cabanne des bidonvilles de Calcutta pour courir après  des rêves d’aventures et de magie, qui le mèneront dans une vallée de l’Himalaya, auprès de la confrérie des guérisseurs. Mais le chemin est long jusqu’ à la Vallée d’Argent. En compagnie de Nisha, une petite balayeuse têtue, Anand devra échapper aux sortilèges de Surabhanu et affronter ses propres démons intérieurs. Il fera au cours de cette quête l’apprentissage de la vie : il comprendra peu à peu, en même temps que les lois mystérieuses qui gouvernent la conque, que les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être. Car ce que tu vois dépend de qui tu es. Le Porteur de conque est le premier roman de la trilogie La Confrérie de la Conque.   
Descripteurs :
Inde
Genres :
Aventure 
Auteurs : Chitra Banerjee Divakaruni
Editeurs : Picquier Jeunesse
Collection : Roman
Date de parution : 2004

Vivre comme les indiens d’Inde

Résumé :
Des informations précises sur l’histoire et sur le mode de vie des Indiens d’Inde. Des cartes et des tableaux chronologiques. 15 ateliers de bricolage pour tenter de reconstituer la vie de cette époque. Descripteurs :
Inde 
Auteurs : Daude Ali
Editeurs : De La Martinière
Collection : Vivre comme…
Date de parution : 2001

L’Inde 

Résumé :
Avec l’aide de Tintin, parcours pour découvrir les multiples facettes de l’Inde.
Descripteurs :
Inde 
Auteurs : Anne Braquet
Editeurs : Casterman
Collection : Les carnets de route de Tintin
Date de parution : 1992

Le Mahabharata raconté par Shamita Arni. Première partie 

Résumé :
Cette immense épopée de 120 000 vers achevé au VI ème siècle raconte la vie de cinq frères. Shamita Arni, jeune indienne de douze ans, nous propose une adaptation simplifiée et modernisée du Mahabharata, immense épopée qui nous ouvre les portes de la mythologie indienne. Elle a choisi de ne raconter que les aventures de Shantanu. Le récit est accompagné des illustrations de l’auteur, des dessins en noir et blanc au trait enfantin qui sont pourtant très expressifs et qui s’accordent très bien à la tonalité épique et mythologique du texte. 
Descripteurs :
Inde
Genres :
Mythes / Merveilleux 
Auteurs : Shamita Arni
Editeurs : Gallimard
Date de parution : 2003


La mythologie indienne
 
Résumé :
La mythologie indienne reste vivante dans le quotidien de chaque hindou. Des milliers de divinités peuplent leur vie
Descripteurs :
Mythologie / Inde 
Auteurs : Jean-Charles Blanc
Editeurs : Actes Sud Junior
Collection : Les Naissances du Monde
Date de parution : 2002

Paroles des sages de l’Inde
 
Résumé :
Les sages de l’Inde nous apprennent à travers leurs écrits à devenir meilleurs, plus tolérants, plus ouverts, plus lucides.
Descripteurs :
Inde
Genres :
Philosophie 
Auteurs : Marc de Smedt
Editeurs : Albin Michel
Collection : Carnets de Sagesse
Date de parution : 2002

Chandra 
Résumé :
Chandra n’a que onze ans et elle va se marier ! Dans sa famille, la tradition passe avant tout, même si la loi indienne interdit ce genre de pratique. Non seulement Chandra doit quitter l’école, mais en plus sa belle famille la traite comme une esclave. 
Descripteurs :
Inde
Genre :
Société 
Auteurs : Daude Ali
Editeurs : Frances Mary Hendry
Collection : Castor Poche Flammarion
Date de parution : 2001 

Deux aventures de Félouda 
Résumé :
Félouda est un jeune détective hindou au pouvoir de déduction fascinant. Avec lui, qui par chance voyage beaucoup, nous visitons une Inde mystérieuse, un peu inquiétante et dangereuse. Satyajit Ray fut un immense cinéaste mais aussi un écrivain qui savait s’adresser aux jeunes lecteurs.
Descripteurs :
Inde
Genre :
Policier 
Auteurs : Satyajit Ray
Editeurs : Seuil
Date de parution : 2001

Ganesh 
Résumé :
C’est en Inde que Jeffrey a vécu ses quatorze premières années. Là bas, on l’appelait « Ganesh ». A la mort de son père, il doit quitter le pays de son enfance pour vivre aux Etats-Unis. Et là, tout devient difficile. 
Auteurs : Malcom J. Bosse
Editeurs : Flammarion
Collection : Castor Poche
Date de parution : 2001

Les lumières de Diwali 
Résumé :
Diwali est la fête des lumières en Inde, mais cette année la maison de Prem restera plongée dans l’obscurité car sa maman a du vendre ses lampes pour survivre. Prem va tout faire pour les récupérer. Descripteurs :
Inde 
Auteurs : Rumer Godden
Editeurs : Flammarion
Collection : Castor Poche
Date de parution : 1999

Râma le vainqueur des démons 

Résumé :
Vishnou s’incarne en un jeune prince Râma pour venir au secours avec son épouse Sitâ de la terre en danger. Ce récit est suivi de cinq pages de découverte de l’hindouisme, de ses dieux, de ses textes sacrés.  
Descripteurs :
Inde
Genres :
Mythes   
Auteurs : Mishelle Esclapez
Editeurs : Gallimard
Collection : Les contes du ciel et de la terre
Date de parution : 1995 

Paroles du Bouddha
 
Résumé :
Paroles de sagesse.
Descripteurs :
Bouddhisme / Inde / Sagesse 
Auteurs : Marc de Smedt
Editeurs : Albin Michel
Collection : Carnet de sagesse
Date de parution : 1993
 

Shubha, Jyoti et Bhagat vivent en Inde


Genre
 : Album Documentaire 

Auteurs : Philippe Godard

Illustrations : Sophie Duffet

Editeurs : De La Martinière


L’enfant du Taj Mahal
 


Genre
 : Album

Auteurs : Louis Arnaud

Illustrations : Frédéric Clément

Editeurs : Magnard Jeunesse

 

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 11 Le Coin des Ecoles
commenter cet article
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 23:59
Si vous souhaitez témoigner de vos propres rencontres avec les Rickshaw-Wallahs, si vous souhaitez témoigner de leur courage, de leur dignité, de leur abnégation, si vous souhaitez nous faire vivre des instants privilégiés que vous avez partagé avec eux, n’hésitez pas à me joindre vos articles. Ils seront mis en ligne, ici, sur ce blog. Par ailleurs, le site et les infos recueillies au cours de mon voyage sont mis à disposition pour toute action initiée en faveur des Rickshaw-Wallahs
                        Courriel : jl_73@hotmail.fr  
                              Inscription Newsletter
        (Pensez à valider votre confirmation d'inscription)

Par ailleurs, je vous propose :

- diaporamas numériques animés consacrés au voyage, sonorisés exclusivement avec des enregistrements réalisés sur place, dont vous pouvez consulter un extrait sur  http://www.youtube.com/watch?v=A8nu9QDDGwY

- documentaire 30mns consacré aux rickshaw-wallahs du Bangladesh et au Bangladesh       

- une expo photo : "Homm's Rickshaw-Wallahs" . 32 planches 30x40 consacrées exclusivement aux Rickshaw-Wallahs (Bangladesh et Inde)  

 - un rickshaw ("Budhbar" - provenance Bangladesh) pour évènementiel (fêtes des écoles, manifestation culturelle, sensibilisation à la solidarité, etc) ou pour complément de l'exposition ou des projections

 

Si vous souhaitez une diffusion des réalisations audiovisuelles pour vous (particulier, collectivité, association, comité d'entreprise, établissement scolaire, MAPA, etc) , ou profiter de l'exposition, ou

encore organiser une manifestation culturelle avec Budhbar  

               Courriel : jl_73@hotmail.fr   

 

 

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 12 Contact
commenter cet article
31 août 2007 5 31 /08 /août /2007 23:57

« Dhaka, avril 2012.

C’était un retour vers Toi, Bangladesh…

Suite d’un voyage...

 

- J’ai rencontré l’association BEDO qui œuvre pour les rickshaw-wallahs, à Dhaka, en concertation avec les syndicats de conducteurs de rickshaws, les syndicats de propriétaires de rickshaws et les autorités de Dhaka. Elle sensibilise notamment les conducteurs de rickshaws à la conduite, à la sécurité, propose une police d’assurance aux conducteurs de rickshaws, etc...

http://www.bedo.org.bd/about.html
J’ai rencontré l’association ARBAN Bangladesh qui œuvre elle aussi pour les rickshaw-wallahs, sur le plan national, en concertation avec les syndicats de conducteurs de rickshaws, les syndicats de propriétaires de rickshaws et les autorités nationales.

http://www.arban.org.uk/about-arban-bangladesh/
 

- J’ai rencontré Rob Gallagher, LA référence sur le sujet des Rickshaws et des Rickshaw-Wallahs du Bangladesh (auteur de « Rickshaws of Bangladesh » University Press Limited). Travaillant sur un projet d’urbanisme à Dhaka, il résidait dans la mégalopole pendant que j’y séjournais…

 

- J’ai rencontré des artistes peintres de plaques de rickshaws…

 

- Le film et le diaporama de mon voyage 2008/2009 ont été présentés à une Compagnie de Rickshaws de banlieue de Dhaka, à l’ONG Street Children Partenaires, à l’Ecole Française de Dhaka et à l’Alliance Française de Dhaka :

http://www.somewhereinbangladesh.net/events/event/3288

http://www.probenews.com/utility/emaillists/printview/4f8bb595-ccf4-434d-8673-52f3c71e30f3/ams/Newsarticle

Rob Gallagher, Mrs MA Bari (BEDO) et Uddin (ARBAN Bangladesh) sont intervenus dans ces soirées. Mais c’est surtout Mustaffa, ricksaw-wallah qui m avait accompagné dans mon aventure, qui en prenant la parole lors de ces représentations a pu évoquer ses conditions de vie insupportables et le dénigrement que lui portent ses concitoyens parce qu’il est ricksaw-wallah. Le public bangladeshi et les journalistes présents ont découvert l’univers des Rickshaw-Wallahs sous un jour nouveau... Emotions...

 

- Pour finir, Mustaffa est depuis avril 2012, le premier Rickshaw-Wallah du Bangladesh qui roule avec un rickshaw avec des vitesses. C’est à partir de l’expérience d’un français qui, il y a une vingtaine d’années, avait adapté vitesses et triple plateau sur un rickshaw indien, que j’ai pu faire réaliser à Dhaka cette installation. Je cherche à péréniser ce projet en cherchant à le faire suivre sur place par des Bangladeshis.  L’aventure se poursuit de ce coté là  » 

 

 

Après de longues recherches, et parce que de telles associations n’existent pas actuellement, l’Aventure s’oriente aujourd’hui vers la création d’une structure dont le but serait d’améliorer la situation des rickshaw-wallahs du Bangladesh en soutenant et en impulsant toute initiative socio-économique mise en place en leur faveur par des acteurs locaux référents. Certains d’entre eux ont déjà mené par le passé des initiatives vers ces publics en travaillant directement en partenariat avec United Nation Development Programme,  World Bank, United Nations Economic and Social Commission for Asia and the Pacific,  Asian Development Bank , European Commission, etc… Pour autant, ici en France, ces acteurs ne bénéficient d’aucun accompagnement dans leur montage d’opération, ni même d’aucun soutient de donateurs. De même, ces structures n’ont aucune lisibilité ici pour le grand public, ni même pour les ONG ou pour tout partenaire potentiel.

C’est donc pour palier à ce manquement que l’Aventure s’oriente dans cette direction et se poursuit... 

                       Pour tout renseignement complémentaire

                        jl_73@hotmail.fr

 

 

 

Pour revivre l’aventure…

 

Après les réalisations audiovisuelles…

voir http://www.youtube.com   

« Bangladesh Rickshaw » : https://www.youtube.com/watch?v=l_31PT6tKMA 

« A la rencontre des Rickshaw-Wallahs » : https://www.youtube.com/watch?v=A8nu9QDDGwY


Après l’exposition…

voir http://www.youtube.com  

« Exposition Photo Homm's Rickshaw-Wallahs – Regard » : http://www.youtube.com/watch?v=XhKfdcA-I-0  

 

…le récit de voyage…   

 

 

 

 


Bangladesh Rickshaw
Jean-louis Massard

 

Préface : Claude Marthaler

 

Editions Les 2 Encres

       http://www.les2encres.net/pages/ouvrage.php?template=ouvrage_detail&ouv_id=327

 

 

 

 

 


   
  Consultez le voyage sur ARTE

 

        http://www.dailymotion.com :

 

« L’autre visage du Bangladesh 2-2 » (à 6mns 45 de 43.04)

  

  http://www.dailymotion.com/video/xp4o6y_l-autre-visage-du-bangladesh-2-2_travel?search_algo=2

 

 

   http://www.facebook.com/#!/jeanlouis.massard

 

 

Partager cet article

31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 23:59

I have been to the Indian subcontinent (India and Nepal) seven times in 2008 when I decided to return to it to discover rickshaw-wallahs’ living conditions. In October 2008, I went to Dhaka with the contact details of a rickshaw-wallah. This man is a subsistence farmer from the north of Bangladesh and he is a rickshaw-wallah in addition in Dhaka. So, I immersed myself in the rickshaw-wallahs’ environment for about 6 weeks thanks to him, and then, I bought a rickshaw to further understand their living conditions. After sharing these weeks, I left Dhaka and my friend. I went alone along Bangladesh’s roads and I continued my trip to India...

http://www.carnet-rickshaw.com/1-categorie-10094829.html

http://www.dnaindia.com/india/report_french-man-turns-rickshaw-puller-for-research_1220671

http://www.thaindian.com/newsportal/uncategorized/french-man-turns-rickshaw-puller-for-research_100140898.html

http://www.facebook.com/#!/jeanlouis.massard?sk=info
So, let's travel on websites and visit them...

 

I came back to Bangladesh (2012 - march) in order to contact and make appointments with NGO and personalities whose work on subject of Rickshaw-Wallahs, and I met :
- http://www.bedo.org.bd/about.html
- http://www.arban.org.uk/about-arban-bangladesh

- Rob Gallagher who wrote "Rickshaws of Bangladesh" Editor University Press Limited

They all gave me very interesting information, so that now, I am thinking about how I could “help” Rickshaw-Wallahs of Bangladesh from France where I am living...

Probably by creating here in next future, "something" for supporting "stakeholders" of Bangladesh whose work with Rickshaw-Wallahs...

For more information  : jl_73@hotmail.fr

 

Jean-Louis

 

Nota : I came back to Bangladesh in 2012... :

http://www.somewhereinbangladesh.net/events/event/3288

http://www.probenews.com/utility/emaillists/printview/4f8bb595-ccf4-434d-8673-52f3c71e30f3/ams/Newsarticle

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 14 English
commenter cet article
30 juillet 2007 1 30 /07 /juillet /2007 23:59
     01 carnetrickshaw   
« This is my Company !  » me lance Mustaffa, fier de me présenter à ses compagnons de travail.
Ils sont comme lui une centaine à vivre là et à louer leur rickshaw à cette Company. 
     02 carnetrickshaw
Premiers tours de roues au guidon de Milou sous les regards émerveillés des gens du quartier… Emotions…
     03 carnetrickshaw
Spécificité du pays, les bangladeshis ont fait du rickshaw le support d’un art populaire d’expression. Scènes de vie, portraits, paysages, confèrent aux tricycles ces couleurs chatoyantes.
    .04 carnetrickshaw
Sur la route en direction de Mymensingh (nord du Bangladesh), s’en allant rendre visite à la famille de Mustaffa.
     05 carnetrickshaw
10% du territoire du Bangladesh n’est que d’eau. Les activités de pêches sont vivaces à travers tout le pays. 
     06 carnetrickshaw
Des femmes trainent leurs pieds dans l’épaisseur consistante des grains étalés, les brassant ainsi.

Séchage du riz (Sathkira – sud ouest du Bangladesh).

     07 carnetrickshaw    
Enjamber ce pont, Bénarès, et revenir à Toi, avec Milou... Et Te revoir là, au bord du Gange… Quel cadeau vous me faites là…
     08 carnetrickshaw
Une aventure relayée par les médias locaux pour qui ce voyage est devenu un prétexte pour évoquer les conditions de vie des Rickshaw-Wallahs et donner la parole à ces hommes habituellement oubliés de l’actualité.
     09 carnetrickshaw
4200 kms parcourus au guidon de Milou à travers le sous-continent indien, de Dhaka (Bangladesh) à l’est, à Amritsar (Inde) à l’ouest, à la frontière du Pakistan. Une aventure de six mois faite de mille rencontres. Ici à Amritsar avec la communauté Sikh. 
     10 carnetrickshaw

Delhi (Inde). Vieille ville. Quartier de Pahar Ganj. Les Rickshaw-Wallahs sont nombreux à vivre dans la rue ici. Ils se regroupent le soir, dorment ensemble, les uns près des autres, espérant ainsi éviter vols et agressions par ces gangs qui les dépouillent et leur dérobent leur rickshaw.

      11 carnetrickshaw

Mars 2009. C'est la "fin" d'un Voyage. Je confie Milou à Muna, Rickshaw-Wallah à Pahar Ganj (Delhi). Les premiers clients pour Muna et Milou. La première course, les premières roupies au "parfum différent" pour Muna...

Muna se fera dérober son bien quelques mois plus tard… Banalité…

Partager cet article

Published by jean-louis - dans 1 Accueil
commenter cet article